'Ta mère, de Bernardo Carvalho

Publié le par Caroline

©©©©

"Sauver était ce qui les faisait vivre. Aussi longtemps qu'elles étaient des mères, elles ne pouvaient pas mourir."

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41gCHMipNVL._SL500_AA300_.jpg

Saint-Pétersbourg à la veille des commémorations du tricentenaire. Une ville mise sous bâche, où les habitants se croisent, se côtoient, s'affrontent mais ne se parlent pas, ou plutôt, plus. Au coeur de ce roman, des mères et leurs fils, aux relations complexes, faites d'amour, qui pousse les mères à se battre toujours et encore pour éviter à leurs fils les horreurs de la guerre en Tchétchénie, mais aussi d'abandon, quand parfois l'amour ne parvient plus à se dire, et de non-dits pesants.
Les destins se croisent et s'entremêlent dans ce roman à l'écriture toute cinématographique et bien difficile à résumer, tant il est riche ! Omniprésente, la violence mène le jeu dans ces vies souvent désespérées, à l'image d'une Russie à la dérive, dans laquelle la confrontation ne peut se vivre que sous l'angle de la contrainte et du rapport de force permanent.
Comment tracer sa route dans un champ de ruines ? Les trois garçons de ce livre en font la démontration avec détermination. Bien qu'ils ne sachent pas qui ils sont vraiment, ils se mettent en route pour faire éclore haine ou amour, à l'image de ces "chimères" qu'évoque à plusieurs reprises l'auteur, ces animaux monstrueux que seul leur mère parvient à regarder sans en être choquée... Et toujours, les mères sont là, dans ce bel hommage aux femmes, figures d'un amour inexplicable qui pousse à faire bouger l'impensable.
Merci à Hélène de m'avoir fait connaître ce roman puissant et évocateur !

Traduit du portuguais (Brésil) aux éd. Métailié, 2010

Publié dans Beaucoup aimés...

Commenter cet article

Fransoaz 27/02/2012 19:16

J'avais laissé passer ce billet sur un livre que j'avais beaucoup apprécié. Très puissant!

Caroline 01/03/2012 12:11



Oui, puissant, c'est le mot ! Une très belle découverte que tu avais aussi partagée grâce à Hélène... J'ai lu il y a plusieurs mois déjà "Les Chagrins", il faut absolument que je publie mon
billet !!!! Trop de retard en ce moment......



Violette 21/01/2012 11:30

j'adore les matriochkas alors je note ce titre qui m'a l'air bien intéressant!

Caroline 22/01/2012 22:54



Oui, c'est un roman qui dérange et ne peut pas laisser insensible !



Ys 20/01/2012 18:35

Un auteur portugais pour un roman russe, voilà qui est original, on imagine ces cultures très différentes...

Caroline 22/01/2012 22:53



Oui, en effet ! D'autant que c'est vraiment un roman sur l'âme russe et ses tourments... Le lien avec le Brésil est fait, comme en clin d'oeil, avec l'un des personnages dont le père, brésilien,
a abandonné sa famille pour repartir vivre dans ce pays, où son fils doit le rejoindre pour fuire la Russie et son armée qui se referment sur lui comme un piège.