Le Scandale de la saison, de Sophie Gee

Publié le par delivresetdeaufraiche

 ©©©©

 

Je n’ai pas vraiment l’habitude de lire des romans historiques tels que celui-ci.

Mais Dieu sait pourtant que je suis sensible aux ambiances de cruauté feutrée typiques du XVIIIème, parfaitement illustrées par les Liaisons Dangereuses que j’affectionne tant, ou encore aux charmes du roman anglais… Quand j’ai vu sur la couverture Ian Caldwell vanter ce roman comme les nouvelles Liaisons Dangereuses, je me suis lancée tête baissée dans cette lecture… et je n’ai pas été déçue.

Bon, clôturons dès à présent cette question des Liaisons Dangereuses : non, définitivement non !! La comparaison avec Laclos ne tient pas la route ! Si Le Scandale de la saison nous parle, avec brio d’ailleurs,  d’amours déçues et de cruauté sociale, on n’a pas affaire ici à une manipulation en bonne et due forme, et les caractères manquent parfois d’une certaine finesse.

Cependant, je pense que c’est en lui-même qu’il faut estimer ce roman, que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire.

L’intrigue est mince, mais fonctionne bien : trois amis d’enfance, les sœurs Blount et Alexander Pope, jeune poète à l’enthousiasme débordant, convainquent leurs parents de quitter leur morne campagne pour Londres le temps de la « saison », ces quelques mois estivaux qui voient entrer en scène la bourgeoisie et l’aristocratie anglaise dans les salons, réceptions et autres concerts au cours desquels vont s’ourdir parades nuptiales, complots politiques, jalousies et trahisons en règle sur fond de bienséance mondaine.

J’ai aimé le personnage d’Arabella, la cousine des sœurs Blount, magnifique créature très en vue dans le tout Londres, qui va faire les frais des ambitions politiques ratées de celui qui devient son amant, le baron Petre, que j’ai trouvé en revanche un peu falot. Alexander Pope, l’amoureux transi qui va connaître la gloire, non sans heurts, avec ses poèmes, est touchant.

Les personnages de ce roman ont tous existé, et j’ai apprécié la construction historique tout à fait réussie que nous propose Sophie Gee autour de cette histoire de trahison réelle, dans le contexte des luttes entre jacobites et protestants qui sous-tendent toute l’intrigue. L'auteur, universitaire spécialiste de Milton, Swift et Austen, maîtrise son sujet à la perfection, tout en prenant les libertés narratives nécessaires à la fluidité du roman.

Un roman pas si léger qu’il en a l’air, donc, bien écrit, et qui m’a donné envie de lectures dans la même veine… Des idées ?

Un très grand merci à Hélène, du blog Lecturissime (et aux éditions Points) pour cette belle découverte !

 

Editions Philippe Rey, janvier 2009 

Et en poche aux éditions Points, juin 2010

Publié dans Beaucoup aimés...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article