Le Convoi de l’eau, de Akira Yoshimura

Publié le par Caroline

©©©©

 

Ce roman, à l’atmosphère à la fois glaciale et poétique, doux et pourtant écrit d’une langue âpre, m’a pleinement introduite à la littérature japonaise !

 Ecrit de manière linéaire, quasiment sans dialogues, Le Convoi de l’eau relate le cheminement intérieur d’un homme meurtri par son passé violent, qui à sa sortie de prison va s’engager comme ouvrier sur un difficile chantier de barrage, au plus profond des montagnes.

Au cœur d’une nature préservée, l’épicentre du récit se concentre autour d’un hameau, sorte d’Eden à jamais perdu, qui sera rayé de la carte par le chantier dévorant. Ses habitants, infatigables silhouettes semblant jouer leur rôle de toute éternité, sont impassibles et mystérieux. Ils ne veulent pas se résoudre à l’inéluctable issue de leur départ, remettant inlassablement en place le village tel qu’il a toujours été, en dépit de secousses causées par le chantier. Néanmoins, ils semblent résignés, acceptant sans marchander les misérables conditions d’expropriation offertes par l’équipe du chantier. Ces thématiques du destin et de la force sont très présentes tout au long du livre : l’homme subit-il sa destinée, ou l’impose-t-il à d’autres ? Pourquoi certains en maîtriseraient-ils davantage les clés ? Doit-on à tout prix s’y soustraire ?

Face à ce combat de l’homme et de la nature et à l’incompréhension de deux mondes, qui va exploser dans la violence, le héros retrace le fil de sa vie dans une perspective nouvelle et va se racheter, tentant de retrouver la part d’humanité qui lui avait échappé.

J’ai aimé l’aspect brut et intemporel de ce court roman. Les descriptions y sont saisissantes, que ce soit le cadre, théâtre de nature, impressionnant dans son immensité, ce hameau aux habitants fantômes ou les ouvriers et de leurs cadres, qui, ne sachant trouver leur place, vont jouer un rôle qui va finir par les dépasser.

Des pages denses, poétiques et lancinantes qui m’ont charmée. En les refermant, j’ai eu le sentiment de m’être profondément immergée dans l’âme du Japon.

Edition originale (Japon), 1976

Traduit du japonais aux Editions Actes Sud, 2009 (à paraître en poche Babel : mai 2011). 

 

 challenge-In-the-mood-for-Japan

 

 

 

Publié dans Beaucoup aimés...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Isa 18/03/2011 13:00


je guette sa parution en poche.


Caroline 24/03/2011 21:40



Je ne peux que te le conseiller !



Kathel 11/03/2011 08:33


Je le note pour sa parution en poche !


Caroline 11/03/2011 20:40



Il vaut vraiment le coup d'être lu, pour sa poésie tout en finesse.



Lili Galipette 11/03/2011 07:49


Je partage ton avis, c'est un livre excellent !


Caroline 11/03/2011 20:41



Je l'ai lu depuis quelques semaines déjà, et il me reste très présent à l'esprit, ce qui pour moi, est en effet le signe d'une vraiment bonne lecture...