La mode des tendances, de Guillaume Erner (dir.)

Publié le par Caroline

    ©©©©

Les tendances, ou le rêve d'une société homogène

 

Depuis le 29 septembre, je suis la maman comblée d'un deuxième petit bout !! Une belle aventure qui commence... et qui  (bizarrement ? ou pas ?..) me redonne envie de chroniquer ici toutes mes lectures, qui ont bien entendu continué depuis juillet, même si le courage - et surtout le temps ! - de rédiger mes petits billets m'ont trop souvent manqué !   http://ecx.images-amazon.com/images/I/412kKKuv6sL._SS500_.jpg

J'ai reçu récemment via Babelio un ouvrage dit "scientifique", publié aux Presses universitaires de France, reprenant les actes d'un colloque sur les tendances en parfumerie et dans la société française (sic !), qui s'est tenu à Grasse en 2009, sous le titre - un peu plus sexy à la vente - de "La mode des tendances".

C'est donc à un genre bien particulier que j'ai eu affaire: je m'attendais certes à un document, mais pas à un ouvrage de recherche fouillé, regroupant des contributions de différentes auteurs sur une dizaine de pages, concernant des domaines très variés, allant de l'histoire de la mode en Occident, à une analyse des circuits de distribution en parfumerie en passant par un comparatif des "styles" entre Paris et New-York.

Si le sujet m'a passionnée, notamment la question de savoir d'où viennent ces fameuses "tendances" qui font le style, la mode, les aspirations et les propositions en retour de notre société consumériste, en un mot l'air du temps, le traitement de ces questions m'a parfois laissée perplexe. J'ai largement appréciée la grande diversité des points de vue proposés par cet ouvrage, qui donne alternativement la parole aux théoriciens (historiens, sociologues, philosophes et autres chercheurs) et aux "praticiens" ("tendanceurs", marketeurs ou parfumeurs) sur des sujets extrêmement divers, allant de l'habillement à l'inspiration artistique.

Mais j'ai cependant regretté que plusieurs de ces contributions soient aussi nébuleuses, me demandant parfois si ce n'était pas fait exprès, tant leur dimension énigmatique atteint par certains moments des sommets : "Aujourd'hui, la critique sociale de la standardisation comme de la massification est partiellement neutralisée par le dépassement des marchés de masse au profit d'une masse de consommations de plus en plus différenciées" (p. 90) ou encore "Nous avons mis en évidence l'intérêt de la modélisation des phénomènes de mode par la distribution logonormale: elle est assez plastique pour accomoder les cycles de vie en forme de cloche et les courbes plongeantes" (p. 40).... On l'aura compris, c'est bien d'un ouvrage universitaire dont il s'agit ! Cependant, il reste, en grande partie du moins, accessible au quidam qui, tel que moi, s'intéresse un tant soit peu aux mouvements de société en général, et à ce qui crée le consensus en particulier. Car j'ai trouvé la question à l'origine de ce livre proprement passionnante, à savoir: qui crée le consensus social, et comment se façonne le "bon goût" ? Les entreprises marchandes en sont-elles à l'origine, l'aiguillent-elles ou le façonnent-elles carrément ? Les diverses contributions ici rassemblées tentent d'y répondre, de manière plus ou moins convaincante. Certaines s'éloignent un peu de ce sujet, à mon grand regret, du fait de la forme de cet ouvrage, qui rassemble des contributions orales. On imagine que certains exposés lors du colloque étaient plus ou moins percutants et bien préparés, et la qualité globale de l'ouvrage s'en ressent par moments... Mais la diversité des points de vue et des champs traités (sociologie, histoire de la mode et du style, parfums, marketing, philosophie ou encore histoire et géographie) apporte à cet ensemble un peu disparate un véritable intérêt, en ne se limitant pas à "ce qui fait la mode", pour aller plus en profondeur dans les logiques de création et d'adoption.  

Cet ouvrage m'a intéressée, par les questionnements qu'il suscite sur notre société, en démystifiant, en partie du moins, la mondialisation galopante ou le comportement moutonnier de nos sociétés occidentales, et en me donnant envie de me pencher plus avant sur ces problématiques de création du consensus et du goût, qui sont ici esquissées pour donner envie d'aller un peu plus loin.

Editions PUF, septembre 2011

Publié dans Bien aimés...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
<br /> Un garçon alors? un deuxième? félicitations à ce nouveau-né et à ses parents.Je lui souhaite de tomber dès à présent dans la marmite des livres!<br /> Un titre prometteur, idem pour la couverture mais il faut que ce genre de livre reste accessible, hors les extraits...<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> C'est tout bon, un 2ème et un garçon cette fois après une fille.... !<br /> <br /> <br /> Oui, le livre est parfois assez peu accessible, mais la plupart des contributions le sont et les questions soulevées sont vraiment intéressantes. Leur traitement est parfois un peu touffu, en<br /> revanche !<br /> <br /> <br /> <br />