La baie de midi, de Shirley Hazzard

Publié le par Caroline

©©©©

"Qu'est-ce que Naples, alors ? La civilisation, la curiosité totalement satisfaite, le style, l'ironie, la magnanimité... L'aptitude à saluer le monde comme un roi du haut d'un tas d'ordures."

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51UU4bpRYuL._SL500_AA300_.jpg

Fille de diplomate, née en Australie en 1931, Shirley Hazzard a beaucoup voyagé et a notamment vécu un an à Naples en 1956. De nationalités britannique et américaine, elle vit aujourd'hui entre New-York et Capri, d'après Wikipedia. Après le succès de ses deux précédents romans, Gallimard a publié en 2010 La baie de midi, publié originellement en 1970.

Largement autobiographique, très psychologique, ce roman met en scène Jenny, jeune anglaise débarquant à Naples comme employée de l'OTAN au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale. Ballottée de pays en pays par des parents expatriés, liée par une amitié un peu trop marquée à un frère qu'elle idolâtre et ne supporte pas de voir (mal) marié, elle fuit ses atermoiements de jeune fille mal dans sa peau en se jetant à corps perdu dans l'inconnu de Naples, ville charnelle par excellence.

Elle y rencontre Gioconda, italienne sensuelle, cultivée et plus âgée qui la prend sous son aile pour l'initier à la vie, aux sentiments et aux faux-semblants. Son amant, Gianni, personnage tour à tour énervant, cruel, et ambigu avant de se révéler sensible et touchant à la fin du récit, contribue, par ses relations avec une Gioconda tout en paradoxes, à réveler Jenny à elle-même, à son corps défendant.

Il ne se passe pas grand chose dans ce récit, roman d'ambiance à proprement parler, ce qui ne permet pas toujours d'éviter l'écueil de l'ennui... Mais s'arrêter à ce manque d'action serait une erreur monumentale à mon sens, tant l'écriture est magnifique et l'analyse des sentiments fine et profonde. Les personnages, attachants, sont magnifiés par les nuances et la force de leurs émotions, qui se transmet au lecteur par le biais d'une écriture suggestive, presque magique.

 http://images.forum-auto.com/mesimages/519227/Naples.jpg

J'ai été particulièrement sensible aux descriptions habitées de la ville de Naples, bien loin de tous les clichés, qui font de la ville un personnage à part entière, reflet de la force des sentiments des personnages et de la complexité de leur lien au monde. "Les atouts de Naples sont tellement secrets qu'ils donnent l'impression d'avoir été délibérément cachés; relégués pour la plupart, dans des ruelles malodorantes, enfouis dans des recoins sordides, ils participent du dénuement général de la ville, (...) ils sont comme enfermés dans leur propre permanence".  

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcR9BFhi0Cptyf16UB39VstU79_tK_hBfT-NRs6OuS-iJ1Vm0FtHEyFMropi9A"Des femmes nous croisaient, la bouche couverte d'un châle, traînant à leur suite des écoliers au buste court et aux longues jambes nues. Un homme passa, agitant les mains, et disant à son compagnon "Elle était si jolie, et lui, tellement amoureux..." La scène, comme souvent là-bas, était empreinte de l'atmosphère d'une époque plus ancienne: ce n'était pas seulement l'absence de modernité, mais comme si la ville n'avait pas rattrapé son retard, ne s'inquiétait pas de le rattraper, s'attardait dans une époque antérieure, le tournant de ce siècle peut-être, ou, tout aussi bien, de n'importe quel autre siècle". 

Pour avoir découvert Naples cet été, et ressenti le choc de cette ville unique, à l'atmosphère si particulière, atemporelle et lumineuse, tout en se débattant inlassablement dans sa pauvreté et la gangrène des circuits parallèles, j'ai été transportée par la prose de Shirley Hazzard qui sait si bien en restituer les tourments et le charme magnétique.

Traduit de l'anglais aux Editions Gallimard, 2010 (éd. originale: The Bay of noon, 1970)

2012

Publié dans Beaucoup aimés...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ys 12/03/2012 22:28

Il faut être habile pour réussir un roman d'ambiance...

Caroline 13/03/2012 12:31



Oui, en effet ! Je ne suis pas sûre d'ailleurs qu'il soit entièrement réussi, mais il m'a beaucoup touchée, c'est sûr.